savior+

Intramuros


Le Festival Images 2014 de la ville de Vevey en Suisse a fermé ses portes le 5 octobre. Découvrez notre carnet de croquis "Videoesque" de cette manifestation. Jeunes talents et talents confirmés, artistes nationaux et internationaux, élèves des écoles d'arts et de photographies de la ville de Vevey, se promènent dans les rues, sur les façades, dans les cours d'eau, sur le lac et dans les souterrains et quais de la gare.
100 000 visiteurs en 3 semaines.
Rendez-vous en septembre 2016
Merci Charlotte 

Ci- dessous extraits du dossier de presse des artistes du festival
Clement Valla
Etats-Unis
Postcards from Google Earth
Né en 1971, Clement Valla est un artiste qui vit et travaille à Brooklyn et qui a suivi une double formation d’architecte et de designer. Valla collectionne des captures d’écran du programme Google Earth qui présentent divers lieux photographiés par satellite (routes, ponts, barrages). Certaines structures étant difficiles à interpréter par le logiciel informatique, elles donnent l’impression de se déformer pour épouser au plus près le relief terrestre. Postcards from Google Earth présente une adaptation informatique du monde mettant en lumière les erreurs numériques du programme. Le Festival Images montre cette série à la Place Scanavin, sur des plateformes de différents niveaux, depuis lesquelles les festivaliers peuvent apprécier les vertiges et les paradoxes qu’offre cette vision informatisée de notre surface terrestre. Une production du Festival Images (Vevey) Lieu d'exposition: Place Scanavin


Thomas Sauvin
France
Silvermine : au bord de l’eau
Thomas Sauvin est un collectionneur français qui s’installe en Chine en 2003. Dans une zone industrielle située au nord de Pékin se trouve une entreprise de recyclage de nitrate d’argent. Cette sorte de « mine d’argent » a donné son nom à la série : Beijing Silvermine. Lors de ses visites, Thomas Sauvin y récupère des sacs entiers de négatifs. Il dispose ainsi de plus d’un demi-million de clichés, dont l’énorme variété de sujets est un reflet unique et authentique de la vie quotidienne chinoise, de la fin de la révolution culturelle à l’avènement du numérique. Le Festival Images présente sur les rives du lac Léman un ensemble étonnant intitulé Silvermine : au bord de l’eau. Un portrait d’une Chine qui s’ouvre aux plaisirs aquatiques. Scénographie : Festival Images et Thomas Sauvin Courtesy: Thomas Sauvin
Lieux d'exposition: Jardins du Rivage, Théâtre de Verdure


Alex Prager
Etats-Unis
La Petite Mort Film Still #3
Cette image est tirée d’une vidéo réalisée en 2013 par Alex Prager dont le rôle principal est joué par l’actrice française Judith Godrèche. Mettant en exergue l’esthétique particulière de son travail inspirée du film noir, elle prolonge en plein air l’exposition de l’artiste américaine présentée à l’Espace Quai1. Courtesy of the Artist, Lehmann Maupin Gallery, New York and Hong Kong and M+B Gallery, Los Angeles.
Lieu d'exposition: Façade Andritz Hydro


Alex Prager
Etats-Unis
Face in the Crowd Alex Prager est née en 1979 à Los Angeles, où elle vit et travaille. Autodidacte, elle rencontre rapidement un succès international en exposant au Museum of Modern Art de New York (MoMA) ainsi qu’au Whitney Museum of American Art de San Francisco. Dans Face in the Crowd elle explore les émotions associées aux phénomènes de foules par le biais de la photographie et du cinéma. Suivant des scénarios visuels complexes impliquant de nombreux figurants, l’artiste révèle les paradoxes de l’individu perdu dans la masse. Le cadrage contribue à offrir au spectateur une expérience inhabituelle de la foule : les moindres détails deviennent apparents, fonctionnant dès lors comme autant d’indices visuels pour entrer dans l’histoire personnelle et l’intimité de chacune de ces figures. Alex Prager a conçu une installation spécifique pour le Festival Images, incluant le court-métrage Sunday. Courtesy of the Artist, Lehmann Maupin Gallery, New York and Hong Kong and M+B Gallery, Los Angeles. Dans la section « photographies en plein air », le Festival Images présente La Petite Mort Film Still #3 Lieu d'exposition: Espace Quai1


Le portrait multiple
Durant la Première Guerre mondiale, Marcel Duchamp (né en 1887) réside à New York. Considéré par beaucoup comme l’artiste le plus important du XXe siècle, son œuvre a inspiré la création de mouvements d’art contemporain, tels que l’art conceptuel, minimal, corporel ou encore optique. En 1917, Duchamp se rend au Broadway Photo Shop. Ce studio de quartier possède un dispositif photo-optique que l’on trouve à cette époque dans les parcs d’attraction : un miroir en coin, devant lequel le sujet est invité à poser. Par le jeu des reflets, l’image se démultiplie et le modèle s’en trouve comme cloné. Le cliché qui résulte de cette session deviendra l’une des images les plus connues de Duchamp. En effet, ce portrait multiple préfigure les identités diverses qu’il inventera au fil de sa carrière. Le Festival Images a reconstitué un dispositif similaire à celui qu’a utilisé Duchamp, permettant ainsi aux visiteurs de se confronter de manière ludique à eux-mêmes. Une production du Festival Images, Vevey Scénographie : Laurent Pavy, Gabarit, Vevey Lieu d'exposition: Salle del Castillo


Taiyo Onorato et Nico Krebs
Suisse
Raise the Bar Tous deux nés en 1979, Taiyo Onorato et Nico Krebs se sont rencontrés dans le cadre de leur formation en photographie à l’Université de Zurich. Raise the Bar est une série questionnant à la fois la notion de point de vue et celle de trompe l’œil mais aussi la capacité d’une image à refléter la réalité en deux dimensions. Pour la réaliser, ils ont construit des gabarits reprenant les lignes de force des architectures photographiées, et les placent au premier plan de leur prise de vue. Le Festival Images a conçu avec les artistes une scénographie prolongeant ce troublant jeu optique dans la réalité. Courtesy the artists and RaebervonStenglin, Zurich Le Festival Images présente une vidéo intitulée Adding, Adding, Adding exploitant d’une nouvelle manière le dispositif de confusion visuelle résultant de Raise The Bar dans la Salle del Castillo Lieux d'exposition: Parc du Panorama, Salle del Castillo


Nerhol
Japon
Misunderstanding Focus Nerhol est un duo d’artistes japonais composé de Yoshihisa Tanaka et Ryuta Iida, tous deux nés au début des années 1980. Misunderstanding Focus est une série de divers portraits creusés en relief, chacun composé d’une centaine de feuilles de papier empilées. Manière artisanale de faire de la 3D, le résultat propose un rendu visuel inédit qui donne un aspect sculpté et distordu à chaque visage. Le procédé utilisé met en évidence la difficulté de restituer fidèlement par un cliché unique la complexité d’un visage humain, de sa physionomie comme de ses innombrables états d’âme. Lieu d'exposition: Salle del Castillo


Arno Rafael Minkkinen
Etats-Unis
From the Shelton, Looking East Tout au long de sa carrière, Minkkinen a exploré l’autoportrait, en utilisant toutes les parties de son corps à l’exception de son visage. Jouant souvent avec le décor et le trompe‐l’oeil, ces images forcent le spectateur à s’attarder pour déceler les mystères de leur composition. Le photographe présente à Vevey une photographie de la série Interiors and Exteriors, ville qu’il connaît bien pour avoir enseigné la photographie au Centre d’Enseignement Professionnel. Lieu d'exposition:


Liam Maloney
Canada
Texting Syria Né en 1975 et basé aujourd’hui à Toronto, Liam Maloney est un photographe et vidéaste qui consacre l’essentiel de son travail à documenter des conflits armés ou des thèmes sociaux. En 2013 il se rend dans divers camps de réfugiés en Syrie et au Liban. Sa série Texting Syria est composée de portraits de ces individus éclairés par la seule lumière des écrans de smartphones : ils sont en train d’échanger des messages avec leurs proches. La scénographie permet d’expérimenter la relation entre ces portraits et les messages tels qu’ils ont été rédigés. Une manière inattendue et intimiste de documenter le conflit syrien, loin des images médiatiques publiées à répétition. Une production du Festival Images (Vevey) Lieu d'exposition: Théâtre de Verdure


Sébastien Kohler
Suisse
Dita PumpKins Né en Suisse en 1969, Sébastien Kohler vient du monde de la musique. Autodidacte en matière de photographie comme de musique, il se passionne depuis quelques années pour les techniques photographiques anciennes. Dans son studio lausannois, Sébastien Kohler réalise des clichés au collodion humide sur plaques de verre. Cette technique permettant d’obtenir une exceptionnelle finesse de grain a été inventée par l’Anglais Frederick Scott Archer et a connu une grande popularité jusque dans les années 1880. Kohler fait usage de cette technique pour présenter Dita PumpKins, figure féminine appartenant à une époque révolue. Mélange de fantasmes et de rêves, ce personnage illumine de son regard les clichés translucides truffés de références. Entre poésie, nostalgie et présence fantomatique, ces photographies s’inscrivent dans un work in progress qui plonge le spectateur dans une ambiance de fin de siècle. Commissariat: Décal’Quai (Montreux) Lieu d'exposition: Décal'Quai


Erik Kessels
Pays-Bas
Valerie, in almost every picture #11 Né en 1966, Erik Kessels reçoit en 2010 l’Amsterdam Prize of the Arts et est élu en 2012 comme la personnalité créative la plus influente aux Pays-Bas. L’originalité de la série Valerie, in almost every picture #11 se trouve dans son obsession sérielle et bizarre, traitée comme un banal album de souvenirs, celui de Fred et Valerie. Ce couple de Floride partage une étrange passion pour de « drôles aventures mouillées ». L’un est photographe, l’autre modèle et l’eau est leur décor. Erik Kessels a découvert ces images sur Flickr avant d’en créer un album à l’effigie de Valerie. Pour le Festival Images, Valerie se retrouve dans son élément fétiche dans trois différents contextes aquatiques : l’eau de la Veveyse, une fontaine municipale et les rives du lac Léman. Une production du Festival Images (Vevey)
Les photographies de l’œuvre sont tirées du livre In Almost Every Picture #11 aux éditions KesselsKramer Dans la section « expositions intérieures », le Festival Images présente 24hrs in Photos Lieu d'exposition: Points d'eau en ville


Erik Kessels
Pays-Bas
24hrs in Photos Erik Kessels est un publicitaire non conformiste à la tête d’une importante agence hollandaise. Mais il est surtout connu du public en tant que collectionneur, éditeur à succès et commissaire d’expositions. L’installation 24hrs in Photos se présente sous forme d’une montagne de photographies amassées en vrac. Ce dispositif matérialise aléatoirement le flux d’une seule journée de téléchargement de fichiers postés sur Flickr, site Internet de partage de photos. Quelques 350’000 tirages sont à portée de main des visiteurs. En emportant l’un de ces clichés avec eux, les festivaliers se rendent compte de l’infinie diversité qualitative de ce qui est téléchargé. Réalisé avec le soutien de Pomp It Up, Fujifilm (Switzerland) AG et Baer SA Scénographie : Roland Buschmann Dans la section « photographies en plein air », le Festival Images présente la série Valerie, in almost every picture #11 Lieu d'exposition: Église Sainte-Claire


Moa Karlberg
Suède
Watching you watch me Née en 1984, Moa Karlberg vit à Stockholm. Elle remporte en 2010 le premier prix de la Swedish Picture of the Year, dans la section « Portrait Series ». Le principe de sa Watching you watch me est d’expérimenter jusqu’à quel point un photographe peut se rapprocher de son sujet sans agir illégalement. L’artiste suédoise a pris des portraits d’inconnus en installant un dispositif photographique derrière un miroir sains tain : de cette façon, elle capture l’instant précis où les passants se dévisagent. Cette ingénieuse installation permet de découvrir l’expression d’un visage lorsqu’il est confronté à son reflet. Pour le Festival Images, les photographies sont imprimées sur des tissus rétro éclairés dans les vitrines du Rivage, afin de se rapprocher du procédé imaginé par l’artiste. Lieu d'exposition: Vitrines du Rivage


Yuji Hamada
Japon
Primal Mountain Né à Osaka en 1979, Yuji Hamada a étudié la photographie à l’Université de Nihon. Un jour, il reçoit de la part d’un de ses amis une carte postale de la Suisse sur laquelle figure une chaîne de montagnes. La vision de cette image le fascine et l’artiste tente alors de recréer cette atmosphère étrange et saisissante en la reconstituant en studio. Réalisée peu après le séisme de mars 2011 qui a secoué le Japon, la série Primal Mountain exprime ainsi les doutes de l’artiste quant à la capacité des images diffusées par les agences gouvernementales de refléter fidèlement la réalité traumatique de cette catastrophe naturelle et nucléaire. Le Festival Images présente cette série en regard du panorama alpin qui a assuré depuis le XIXème siècle le développement touristique de la région Riviera. Courtesy: Photo Gallery International Une coproduction du Festival Images (Vevey) et de l’ECAL/Ecole cantonale d’art de Lausanne Scénographie : Megan Elisabeth Dinius, Raphaël de Kalbermatten, Léonard Golay, ECAL/Ecole cantonale d’art de Lausanne Lieu d'exposition: Quai Maria-Belgia


Benoît Grimalt
France
16 photos que je n’ai pas prises Né en 1975, l’artiste Benoît Grimalt obtient son diplôme à l’école des Gobelins en 1998. Dès les années 2000, il commence à travailler à son compte et couvre deux éditions du Festival de Cannes pour le magazine Zurban. C’est là qu’il manque, en 2005, de photographier Penelope Cruz dans un hôtel. Il garde en mémoire la scène et décide de la restituer par un croquis. Dans sa série 16 photos que je n’ai pas prises il représente par le trait de ses crayons les images qu’il n’a pas pu prendre en tant que photographe. Alors que son approche s’amuse de la question fondamentale en photographie de « l’instant présent » et joue du rôle de la mémoire dans la restitution des événements, Grimalt réunit avec une impertinence enfantine deux genres artistiques que tout semble à priori opposer : le dessin et la photographie. Lieu d'exposition: Gare CFF, balcon intérieur


Daniel Gordon
Etats-Unis
Still Lifes, Portraits and Parts Né en 1980, Daniel Gordon obtient son Master of Fine Arts à l’Université de Yale en 2006. Ses travaux ont déjà été présentés entre autres au MoMA (Museum of Modern Art, New York). Pour la série Still Lifes, Portraits and Parts il a développé une technique basée sur la réutilisation d’images trouvées sur Internet. Après les avoir imprimées, il se les réapproprie en les coupant et en les assemblant sous la forme de natures mortes ou de portraits tridimensionnels. Une fois les compositions terminées, il les photographie et les démantèle ensuite, pour recréer quelques nouvelles œuvres à partir des mêmes éléments. Son approche est une manière artisanale de plagier les outils informatiques contemporains permettant de constituer des images de toute pièce, mais puise également dans les courants picturaux classiques et modernes de l’histoire de l’art. En septembre 2014 Daniel Gordon présente cette série simultanément au Festival Images et au FOAM (Photography Museum Amsterdam). Lieu d'exposition: La Grenette


Paul Fusco
Etats-Unis
RFK Funeral Train En 1968, le jeune Paul Fusco couvre les funérailles de Robert F. Kennedy pour le magazine Look. Embarqué dans le train qui emmène la dépouille de RFK de New York à Washington, Fusco photographie les milliers d’américains venus rendre hommage au sénateur et candidat à la présidentielle tout au long du chemin de fer. Cette série capture l’atmosphère d’une époque et l’attachement d’un peuple à une figure porteuse d’espoir national. Courtesy: Magnum Photos Lieu d'exposition: Gare CFF, parking vélos, voie 1


Lee Friedlander
Etats-Unis
America by Car Né en 1934 aux Etats-Unis, Lee Friedlander est l’une des figures légendaires de la photographie américaine. Souffrant d’arthrose, il ne se déplace que difficilement. Il entreprend cependant pour America by Car, une traversée de son pays en voiture. La particularité de cette série réside dans sa manière de documenter ce voyage tout en restant assis dans son véhicule. Dans la plus pure tradition du road trip cher à Jack Kerouac et à Robert Frank, l’automobile continue de faire partie du rêve américain et de l’exploration des immenses diversités des paysages de ce pays. Le Festival Images présente cette série en grand format sur la façade de l’entreprise Holdigaz, le long de l’axe routier principal traversant la ville de Vevey. Réalisé avec le soutien de la compagnie Holdigaz Courtesy Fraenkel Gallery (San Francisco) Lieu d'exposition: Façade Holdigaz


Leandro Erlich
Argentine
Bâtiment Né en 1973 à Buenos Aires, Leandro Erlich est célèbre pour sa manière de détourner les éléments usuels de l’environnement urbain pour créer des installations illusoires modifiant la perception du spectateur. Bâtiment est une reproduction fidèle d’une façade d’immeuble parisien du XIXe siècle. Posé à même le sol, l’installation monumentale est complétée par un gigantesque miroir incliné, suspendu dans le vide à 45 degrés. Par le jeu du reflet, les spectateurs évoluant sur le décor au sol, se transforment en véritables escaladeurs urbains. Comme un jeu de poupées russes, ce bâtiment dans un bâtiment évoque les multiples usages populaires, festifs, ludiques et artistiques qui attendent la future exploitation de la salle del Castillo, lieu central du Festival Images 2014. Courtesy GALLERIA CONTINUA, San Gimignano / Beijing / Les Moulins Une production de GALLERIA CONTINUA, San Gimignano / Beijing / Les Moulins – Le CENTQUATRE-PARIS L’installation de Bâtiment dans la Salle del Castillo a bénéficié du soutien de la Fondation artEDU ainsi que de la Caisse d’Epargne Riviera dans le cadre de son bicentenaire Lieu d'exposition: Salle del Castillo


Hans Eijkelboom
Pays-Bas
Cities & Numbers A la manière d’un anthropologue, l’artiste Hans Eijkelboom utilise la photographie comme moyen d’étude pour ses recherches sur les apparences et les identités. Intrigué par l’évolution de la société de consommation et son influence sur l’individu, il a réalisé plusieurs séries en immersion dans l’espace public. Pour Cities & Numbers il se donne quelques jours pour identifier dans les rues de six villes des personnes portant sur leur vêtement un numéro compris entre 1 et 100. Le délai écoulé, il organise les images par ordre numérique croissant. Placé au centre-ville, l’installation reflète le contexte dans lequel Eijkelboom a pris ses clichés : caché au milieu de la foule. Une production du Festival Images (Vevey) A l’occasion du Festival Images, Hans Eijkelboom réalise une nouvelle série de clichés pris dans la région. Dans la section « expositions intérieures », le Festival Images présente Portraits & Cameras Lieu d'exposition: Gare CFF, hall


ECAL / Philippe Fragnière
Suisse
Snowpark Philippe Fragnière est né en 1987 dans les Alpes valaisannes en Suisse. En 2008, il entre à l’ECAL/Ecole cantonale d’art de Lausanne où il obtient en 2012 son Bachelor en Photographie. Pour son travail de fin d’études, il retourne avec une approche artistique aux snowparks de son adolescence. L’artiste valaisan a parcouru ces rendez-vous sportifs et mis en évidence la relation esthétique existant entre ces aménagements et le paysage alpin à la manière de certaines installations de land art. En proposant son travail où se tenait autrefois une rampe de skateboard à Vevey, le Festival Images inverse le chemin imaginé par l’artiste en installant la série Snowpark en ville, face aux montagnes. Une coproduction du Festival Images (Vevey) et de l’ECAL/Ecole cantonale d’art de Lausanne Scénographie : ECAL/Iris Andreadis, Anna Heck, Wenxin Ng Courtesy: ECAL/Philippe Fragnière Dans le cadre de cette exposition, le Festival Images, l’ECAL/Ecole cantonale d’art de Lausanne et Kodoji Press coéditent une publication faisant partie intégrante de ce travail. Lieu d'exposition: Quai Maria-Belgia – Quai de la Veveyse


Dominique Derisbourg
France
Vevey, ville de talents Né en 1962 en France, Dominique Derisbourg est diplômé de l’Ecole de photographie de Vevey. Il collabore avec le magazine suisse Femina pour lequel il réalise près de 700 couvertures. Vevey, ville de talents est une série de portraits de personnalités de la ville. Une exposition en hommage à ceux qui sont la preuve d’une cité vivante et dynamique. Imaginé par Dominique Derisbourg, la directrice artistique Hélène Bouillaguet et le chargé de communication de la Ville de Vevey Pierre Smets, cet ensemble de photographies est une manière de remercier les multiples talents de la cité de la Riviera. Présenté au Vevey Hotel & Guesthouse, ces portraits souhaitent la bienvenue aux visiteurs du monde entier. Dorénavant, chaque année, de nouvelles personnalités – célèbres ou anonymes – deviendront les ambassadeurs de Vevey ville d’images. Commissariat : Hélène Bouillaguet et Pierre Smets Lieu d'exposition: Vevey Hotel & Guesthouse


Edouard Curchod
Suisse
Feuille d’Avis Durant les années 80, Edouard Curchod couvre quotidiennement les innombrables manifestations culturelles, sportives ou politiques rythmant la vie de la région pour le compte de la Feuille d’Avis de Vevey. Omniprésent autant au cœur de la vie des sociétés locales comme sur les multiples lieux de faits divers, il réunit au fil de ses mandats un énorme ensemble de clichés. Cette collection a aujourd’hui une valeur double : elle est à la fois le reflet fidèle et authentique du quotidien d’une population, mais aussi un témoignage historique des mœurs et événements d’une région. Devant l’Hôtel de Ville, le Festival Images présente Feuille d’Avis, une sélection de ces saynètes dans lesquelles le festivalier redécouvre en noir et blanc un passé pourtant pas si lointain. Dans la section « photographies en plein air », le Festival Images présente Panorama de la Foire de la Saint-Martin
Dans la section « événements parallèles », les apprentis Polydesigners 3D de l’Ecole d’arts appliqués de Vevey ont mis en scène des photographies d’Edouard Curchod pour le projet Vitr’in Lieu d'exposition: Place de l'Hôtel-de-Ville


Olivier Culmann
France
Diversions Né à Paris en 1970, Olivier Culmann est membre du collectif Tendance Floue qui s’est donné pour objectif d’explorer le monde et de diversifier les modes de représentation de la photographie contemporaine. A New Delhi, Culmann découvre avec stupéfaction les innombrables studios de retouche numérique de la ville, spécialisés dans la publicité. Avec sa série Diversions, il confie à ces laboratoires une série de paysages urbains ou de lieux de villégiatures qu’il a photographiés lui-même à Delhi et à Goa. Les paysages urbains se transforment, le ciel se découvre et les fils électriques disparaissent laissant entrevoir un décor idyllique de carte postale. Pour le Festival Images, il présente l’avant et l’après en face-à-face, comme un miroir confrontant une réalité et son utopie. Courtesy : Agence Tendance Floue Dans la section « expositions intérieures », le Festival Images présente la série The Others


Olivier Culmann
France
The Others Membre du collectif de photographes français Tendance Floue depuis 1996, Olivier Culmann (né en 1970) a participé à de nombreuses expositions et publications en France et à l’étranger. Au travers de sa dernière série intitulée The Others il se penche avec humour sur les codes sociétaux de l’Inde. Il entreprend de retranscrire visuellement la variété des éléments constituant l’identité de ce pays : religion, caste, profession, etc. Son discours tient en cinq phases réunies pour la première fois à l’occasion du Festival Images, et qui proposent un voyage visuel à travers l’une des sociétés les plus compartimentée et foisonnante du monde. Courtesy : Agence Tendance Floue Dans la section « photographies en plein air », le Festival Images présente la série Diversions


Olivier Cablat
France
DUCK Lauréat de la Bourse Nestlé au Grand Prix international de photographie de Vevey 2013/2014 Né en 1978, Olivier Cablat suit des études d’art et de photographie avant de travailler pour le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) en Egypte jusqu’en 2004. Olivier Cablat recherche en 2014 pour son projet DUCK le maximum d’images sur Internet correspondant au « concept du canard » : une structure architecturale dont la forme reflète la fonction. Plusieurs centaines de photographies sélectionnées dans le monde entier se retrouvent ainsi rassemblées en une seule collection à découvrir au Festival Images à l’intérieur d’une réplique d’un canard géant. Une production du Festival Images (Vevey) Modélisation 3D de The Big Duck : Antoine Mialon La Bourse du projet Nestlé est un laboratoire de création entre le Festival Images, la multinationale veveysanne et un artiste, dans lequel se confrontent les logiques événementielles, économiques et artistiques. Lieu d'exposition: Rue Louis-Meyer


Martha Cooper
Etats-Unis
Subway Art Née en 1943 à Baltimore, Martha Cooper est étroitement associée à la naissance de la culture Hip Hop à New York. Subway Art est une série d’images prises dans les années 1980 lorsque les graffitis débordaient des murs et recouvraient les rames des métros de la ville. En 1981 la série est publiée et sera rééditée en 2009 à l’occasion de ses 25 ans. Certaines figures majeures du street-art d’aujourd’hui telles que Shepard Fairey ou les Os Gemeos parlent de ce livre comme d’une « bible » qui a été le déclencheur de leur carrière artistique. A l’occasion du Festival Images, un extrait de cette série est présentée dans un passage sous-voie régulièrement utilisé par les graffeurs et taggueurs actifs de la région. Lieu d'exposition: Sous-voies CFF est


Abir Abdullah
Bangladesh
Deadly Cost of Cheap Clothing
Mention Reportage – Leica au Grand Prix international de photographie de Vevey 2013/2014 Abir Abdullah est né en 1971 au Bangladesh et obtient une maîtrise universitaire en marketing avant de devenir photographe. A Dacca, le feu est une menace omniprésente pour cette mégapole qui compte de nombreux ateliers de confection. Ces mauvaises conditions de travail sont apparues au grand jour lors de l’effondrement du Rana Plaza en avril 2013 qui a provoqué plus de 1100 morts. Abir Abdullah met en lumière l’insécurité constante dans laquelle vivent ces trois millions de travailleurs. Dans sa série Deadly Cost of Cheap Clothing, qui documente l’incendie de l’usine de Tazreen,il travaille sans concession en photographiant notamment les sacs des corps sans vie sortis des décombres. Courtesy: Abir Abdullah/European Pressphoto Agency Les images de cette série peuvent heurter la sensibilité de certains visiteurs.


Tadao Cern
Lituanie
Comfort Zone
Architecte de formation, Tadao Cern vit à Vilnius. En 2010 il décide d’abandonner cette profession pour se lancer pleinement dans la vidéo et la photographie. Son appareil fixé en haut d’une perche, l’artiste a mis au point pour réaliser sa série Comfort Zone, une technique de prise de vue qui lui a permis de passer inaperçu. Le Festival Images a choisi une manière inédite de montrer cette exposition en l’installant sur les toits de la ville. Bien que les tirages soient de très grands formats, ils restent invisibles pour les piétons. L’exposition se visite uniquement grâce à des caméras haute-définition fixées sur des drones civils. Le choix de la série Comfort Zone vient renforcer cette sensation d’intrusion dans la sphère intime : alors que les sujets retenus par Tadao Cern ne savaient pas qu’ils étaient photographiés, ils se retrouvent – malgré leur localisation inhabituelle – à nouveau exposés au regard de festivaliers pourtant restés au sol. Commissariat : Festival Images (Vevey) Une coproduction du Festival Images (Vevey), de Creatives SA (Vevey) et de RC-tech Lieux d'exposition: Jardins du Rivage, Salle del Castillo


Deadly Cost of Cheap Clothing
Mention Reportage – Leica au Grand Prix international de photographie de Vevey 2013/2014
Abir Abdullah est né en 1971 au Bangladesh et obtient une maîtrise universitaire en marketing avant de devenir photographe. A Dacca, le feu est une menace omniprésente pour cette mégapole qui compte de nombreux ateliers de confection. Ces mauvaises conditions de travail sont apparues au grand jour lors de l’effondrement du Rana Plaza en avril 2013 qui a provoqué plus de 1100 morts. Abir Abdullah met en lumière l’insécurité constante dans laquelle vivent ces trois millions de travailleurs. Dans sa série Deadly Cost of Cheap Clothing, qui documente l’incendie de l’usine de Tazreen,il travaille sans concession en photographiant notamment les sacs des corps sans vie sortis des décombres. Courtesy: Abir Abdullah/European Pressphoto Agency Les images de cette série peuvent heurter la sensibilité de certains visiteurs. Lieu d'exposition: Local d'Art Contemporain (LAC)


Figure (with Vertical Lines)
John Baldessari est l’un des artistes majeurs de l’art contemporain international. Il a obtenu un Lion d’Or pour l’ensemble de son œuvre lors de la 53e Biennale de Venise en 2009. Figure (with Vertical Lines) fait partie de la série Printed Matter Photography Portfolio III : Stills, réalisé en 1999, et représente le corps d’un homme qui fait face aux spectateurs. Des lignes verticales couvrent le sujet et donnent l’impression que le personnage se trouve derrière les barreaux. La figure humaine, tranchée par ce treillage imaginaire, semble être prise au piège dans la photographie, comme pour signifier que le média emprisonne son sujet dans le temps. Cette photographie monumentale prend place sur le mur extérieur de l’ancienne prison de Vevey, réfléchissant le passé intérieur du lieu, y imprimant l’atmosphère d’un temps révolu. John Baldessari, Figure (with Vertical Lines), 1999, Black and white photograph Publisher : Printed Matter, Inc., New York Printer : Kelton Labs, New York Lieu d'exposition: Façade de l'ancienne prison de Vevey

28