savior+

Guggenheim de Bilbao

Un petit tour au musée 123yapakesa.com a été invité au vernissage des expositions du musée du Guggenheim à Bilbao et avec notre caméra nous vous dessinons un croquis à mains levé de son architecture et de ses œuvres. http://www.guggenheim-bilbao.es/secciones/programacion_artistica/didaktika/didaktika_64/interactivo/index.html Téléphone: +34 94 435 90 00 Émail : informacion@guggenheim-bilbao.es (en bas de texte voir le programme en ce moment) Le Musée Guggenheim de Bilbao et yapakesa ont le plaisir de présenter la première monographie à grande échelle consacrée en Espagne à l’œuvre d’Anish Kapoor. Au cours de ces trente dernières années, Kapoor s’est forgé une réputation d’envergure internationale comme l’un des artistes les plus importants et influents de sa génération. Son exploration de la forme, de l’espace, de l’usage de la couleur et de la matière ont exercé une profonde influence sur le cours de la sculpture contemporaine. Organisé par la Royal Academy of Arts, Londres, et le Musée Guggenheim de Bilbao, la manifestation a été conçu et installé en étroite collaboration avec Kapoor et offre une réflexion approfondie sur sa méthode de travail et sa démarche créatrices à travers la présentation de vingt pièces de plusieurs séries qui couvrent toute la période des années soixante-dix à nos jours. Sur tout le second étage du Musée, le visiteur est soumis à une succession d’expériences visuelles et psychologiques qui vise à l’attirer vers le langage poétique traduit en sculpture de l’artiste. Conçue à la Royal Academy of Arts sous la houlette de Jean de Loisy, conservateur indépendant, et d’Adrian Locke, responsable Expositions de cette institution, l’installation au Musée Guggenheim Bilbao a été dirigée par Alexandra Munroe, conservateur senior du département des arts asiatiques du Solomon R. Guggenheim Museum. Au centenaire de la mort d'Henri Rousseau, survenue en 1910, le Musée Guggenheim de Bilbao, en collaboration avec la Fondation Beyeler de Bâle, consacre une exposition à ce grand peintre français. Une trentaine de chefs-d'œuvre retracent un parcours à travers une carrière artistique très variée et mettent en évidence l'importance de Rousseau en tant que l'un des grands précurseurs de l'art moderne, dont l'influence va au-delà de son image initiale d'artiste « charmant, mais quelque peu étrange et naïf ». Outre ses célèbres tableaux autour du sujet de la jungle, qui caractérisent son œuvre plus tardive, Rousseau a également peint des scènes de Paris et sa banlieue, des portraits, des allégories et des peintures de mœurs, faisant preuve d'un style novateur qui peut être considéré comme un « collage peint ». Ces juxtapositions visuelles - la civilisation et la nature, la distribution quasiment symétrique et hiératique des figures et des éléments picturaux et la combinaison d'espaces vides et d'autres particulièrement remplis - attestent de la richesse et de la qualité du répertoire de Rousseau.   A voir en ce moment Le miroir inversé : Art des Collection de la Fondation "la Caixa" et du MACBA Exposition temporaire Du 31/01/2012 au 02/09/2012 Le Miroir inversé présente le travail de 52 artistes à partir de pièces issues de deux des collections d'art contemporain les plus importantes d'Europe : celle de la Fondation "la Caixa" et celle du MACBA, qui, pour la première fois, se sont associés pour sortir ensemble une partie de leurs fonds en dehors de leurs murs. Ce parcours jalonné de peintures, de sculptures, de photos et de vidéos allant de la fin des années quarante à l'époque actuelle a été organisé en six sections thématiques : "Dau Al Set et El Paso" ; "Fonction et re-création dans la photographie : Landschaft", "Fonction et re-création dans la photographie : le Moi et l'Autre" ; "Les limites de la performance" ; "Le miroir inversé" ; et enfin "Légèreté, gravité et autres impossibilités". De ces groupes d'après-guerre que sont Dau al Set (1948-54) et El Paso (1957-60) aux écoles de photographie de Vancouver et de Düsseldorf, les artistes et les courants sélectionnés représentent des points d'inflexion importants dans l'évolution de l'art contemporain. Ces moments historiques sont aussi ceux qui sont les mieux illustrés dans les deux collections. Nous pouvons ainsi suivre le début de l'Art informel en Espagne dans le travail de Rafael Canogar, Antonio Saura et Antoni Tàpies, mais également les divers abordages de l'objectivité à l'œuvre dans la photographie contemporaine avec par exemple les images d'Andreas Gursky. Gego, Julian Schnabel, Michelangelo Pistoletto, Sigmar Polke et Martha Rosler sont d'autres grands noms présents ici. Et outre l'accent mis sur ces courants significatifs, l'exposition analyse les points de convergence et de divergence entre les deux collections, ainsi que le dialogue sous-jacent entre le contexte espagnol et l'art international. Le titre de l'exposition a été tiré de la pièce de Michelangelo Pistoletto Architecture du miroir (Architettura dello Specchio, 1990), qui figure ici. Le miroir sert de métaphore pour aider à comprendre la démarche qui sous-tend la naissance d'une collection artistique. En effet, il permet d'établir de nouveaux rapprochements entre un objet et son environnement en réunissant dans une seule image des éléments différents. C'est pourquoi le commentaire de Pistoletto sur la série à laquelle appartient cette œuvre s'avère particulièrement approprié pour parler du sens de cette exposition : "Maintenant que le miroir est sorti à la lumière de l'Art, nous voyons en lui l'histoire".
18